Les incendies au Portugal

Publié le par Jenny

Tous les étés, on parle aux infos des violents incendies qui ravagent de vastes étendues du territoire portugais.

2013 aura été particulièrement meurtrière pour la nature. De janvier à septembre, pas moins de 94000 hectares (euuuuuuh ça fait 940 km² si je me souviens bien de mes cours de maths!) ont été détruits par les flammes ; début septembre, 8 foyers étaient encore actifs. De nombreux pompiers ont été mobilisés tout l'été. La Croatie et la France ont également apporté leur aide afin de venir à bouts de ces flammes meurtrières, avec notamment le prêt de quelques avions Canadair.

Ce n'est pas seulement la nature que ces incendies ont détruit, ce sont aussi des habitations, mais surtout, des vies. Des pompiers, dont certains très jeunes (18 ans), ont perdu la vie dans leur combat contre le feu, et le nombre de blessés ne faisait qu'accroître tous les jours.

Voici l'exemple de ce qu'il reste des collines de la plage de Guincho à Cascais, qui ont brûlé cet été :

Même si on ne s'en rend pas trop compte sur photos, le coin est vraiment lugubre, on sent qu'il n'y a plus aucune vie, même d'insecte. Presque 2 mois plus tard, l'odeur de bois brûlé persiste encore.
Même si on ne s'en rend pas trop compte sur photos, le coin est vraiment lugubre, on sent qu'il n'y a plus aucune vie, même d'insecte. Presque 2 mois plus tard, l'odeur de bois brûlé persiste encore.

Même si on ne s'en rend pas trop compte sur photos, le coin est vraiment lugubre, on sent qu'il n'y a plus aucune vie, même d'insecte. Presque 2 mois plus tard, l'odeur de bois brûlé persiste encore.

Mais qu'est ce qui fait que le Portugal soit autant ravagé par les flammes tous les ans ?

Tout d'abord, le climat : il fait très chaud et sec l'été, et souvent, sans aucune goutte de pluie pendant des semaines d'affilée, et avec un vent suffisant pour propager les flammes.

De plus, le type de végétation accentue la propagation des flammes, comme les eucalyptus, dont les huiles essentielles sont très inflammables, ainsi que les pins et autres conifères.

Puis, le gouvernement remettrait aussi en cause aussi la grande affluence touristique estivale, et la négligence de certains villageois, notamment des émigrés qui reviennent au pays le temps des vacances, et qui brûlent déchets, herbes, et autres choses (sympa d'accuser ceux qui partent!!!), ou au contraire, le laisser-aller dans l'entretien des jardins de ces petits villages, qui prennent feu au moindre barbecue, etc... Il y a également les feux d'artifice de ces petits villages, où les morceaux qui retombent des fusées ne sont pas du tout maîtrisés et vont enflammer les environs.

On n'oublie pas les promeneurs qui jettent leurs mégots de cigarettes dans la foret sans s'imaginer que ceux-ci peuvent provoquer de graves incendies.

Enfin, il semblerait que le Portugal compte pas mal de pyromanes : rien que cet été, 42 personnes auraient été suspectées, dont pas mal de récidivistes.

Il faut simplement espérer que chaque expérience permette de mieux maîtriser les prochaines, pour diminuer l'ampleur des dégâts.

Commenter cet article