L'énergie au Portugal

Publié le par Jenny

En voyageant au Portugal, difficile de rater les innombrables éoliennes qui culminent en masse en haut des collines du nord et du centre du pays. En effet, il y en a partout : le Portugal avait entamé depuis 2005 une transition énergétique afin de combler des déficits commerciaux en partie liés à l'importation d'énergies fossiles. 8 ans plus tard, le bilan est très positif au niveau des énergies hydrauliques et éoliennes, et aujourd'hui, près de 70% de l'électricité du Portugal est renouvelable. Le Portugal possède d'ailleurs l'un des plus grands parcs éoliens d'Europe. L'énergie solaire a également une place importante.

Les américains voient le Portugal comme un modèle à suivre en terme d'énergie, pays dans lequel les ménages ont longtemps payé leur électricité le double de ce que payaient les ménages américains. Mais tout le monde ne peut pas suivre ce modèle : il est vrai que le Portugal jouit d'un climat favorisant le développement de ce genre d'énergies, ce qui n'est pas le cas de tous les pays d'Europe.

Puis, bien que le Portugal ait été mis sur le devant de la scène avec cette énorme avancée, il y a toujours des gens pas contents, notamment les écolos (faut savoir ce qu'ils veulent eux...), qui maintiennent que les parcs éoliens, à cause du bruit des pales et de la lumière émise, modifient le comportement des oiseaux, et ont donc un impact important dans l'équilibre de tout un écosystème. L'opposition étant moins forte que ce qu'elle peut être en France, ces réfractaires n'ont donc pas empêché la construction de ces énormes parcs éoliens, et ceci a permis au gouvernement d'atteindre ses objectifs avec brio (qui étaient d'avoir 60% d'énergie renouvelable en 2020... pari gagné!).

Haut d'une éolienne dans le fameux nuage de Sintra

Haut d'une éolienne dans le fameux nuage de Sintra

Eoliennes autour de Torres Vedras
Eoliennes autour de Torres Vedras
Eoliennes autour de Torres Vedras

Eoliennes autour de Torres Vedras

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article