Londres, les détails : FIN !

Publié le par Jenny

Dimanche. Réveil avec un peu de courbatures dans les jambes après les kilomètres de la veille à pieds et à vélo. On reprend des vélos pour faire notre parcours de visite du jour.

Direction tout d'abord Borough market (voir lien ci-dessous). Pas de bol, les stands sont tous fermés. Ce marché a, comme beaucoup d'autres marchés d'ailleurs, la réputation d'une bonne ambiance, et propose de nombreux produits typiques et de produits frais.

En continuant vers le London Bridge (je reviens là dessus tout de suite...), et malgré un copieux petit déjeuner, l'odeur de viennoiseries et de boissons chaudes nous oblige à nous arrêter à une petite boutique offrant toutes sortes de gourmandises et de plats divers et variés... Pendant que l'un salive sur les hot-dogs, l'autre rêve de déguster l'un de ces énormes muffins tout chocolat, dont la taille dépasse celle de mon estomac... On résiste à l'appel de la bouffe, mais cédons au parfum délicat d'un vin chaud (ouais, je sais, il est tôt...), que nous dégustons au soleil, installés à une table au pied de la Southwark Cathedral.

Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !

Puis, petit tour à l'intérieur de la Cathédrale où on nous quémande pas moins de 3 fois de l'argent, en suggérant fortement un montant minimum par personne...... Jolie cathédrale sinon !

En contournant la cathédrale par l'arrière, on tombe sur un vieux "bateau de pirate", visitable.

Londres, les détails : FIN !

C'est là qu'on arrive à l'histoire du London Bridge. Comme de très nombreuses personnes, nous avons très envie de voir le London Bridge, hyper représentatif de l'architecture de Londres, avec ses 2 tours et son pont mobile, etc etc. Donc on suit sur la carte le chemin pour se rendre au London Bridge. Et là, surpriiiiiiiiiiise ! Le London Bridge, c'est un pont "banal" ! Enfin il a quand même une histoire, mais c'est pas du tout celui que les gens pensent ! Au départ, je pensais qu'on manquait simplement de culture "british", mais à entendre les gens parler autour de nous, et surtout, à voir ce qui circule sur internet, on constate qu'on n'est pas les seuls à se faire avoir ! Comme quoi, il circule vraiment des trucs erronés sur internet. Celui communément appelé le London Bridge, à tort, il s'appelle Tower Bridge... ! Ci-contre, le London Bridge (le vrai!) :

Et ci-dessous, le Tower Bridge, le seul !

Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !

L'histoire (brève) du London Bridge, c'est que chacun des anciens ponts qui a été construit à ce même endroit avant 1750 était le seul moyen de franchir la Tamise dans la ville.

Quant au Tower Bridge, c'est un pont basculant datant de la fin du XIVème siècle. Les machineries, permettant de soulever le pont à bascule, sont visitables en mode musée. C'est un truc d'ingénieur ça, mais ça peut être intéressant.

Une fois le Tower Bridge passé, on est contents, on a fait ce que tout touriste fait ici. De l'autre côté de la Tamise se trouve un monument qui s'appelle Tower of London, d'où le pont tire son nom, d'ailleurs. C'est une forteresse datant du XIème siècle, qui a eu divers usages : résidence royale, prison, armurerie, lieu d'exécutions... Visite possible pour la "modique" somme de £20 par adulte ! . . .

Londres, les détails : FIN !

Rendus à ce niveau-là, les pieds en compote (ouais parce que ça fait depuis Borough Market qu'on marche de nouveau hein!), on se décide à reprendre des vélos pour se rendre à Spitalfields market. Et devine quoi ? Blindé de monde ! Bof, on commence à s'habituer ! Il s'y vend de tout : des bibelots, de la bouffe, des vêtements, des cosmétiques, des bijoux, de la musique... Il y a possibilité d'y passer la journée si on veut, mais aujourd'hui, bien qu'il fasse très beau, il fait très froid et le marché est semi-ouvert ! (et on va dire que je suis équipée comme quelqu'un qui vit dans un pays chaud... il a fallu m'équiper sur place!) On s'y pose quand même pour déguster une sorte de wrap antillais, qui pique bien comme il faut, mais trop bon ! Puis un gros muffin tout chocolat en dessert (une bouchée, et t'en peux plus!).

Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !

On reprend les vélos, et direction Saint Paul's Cathedral. Bâtiment tellement massif que je n'arrive même pas à prendre l'intégralité en photo. Cette Cathédrale aura connu bon nombre de destructions et reconstructions, depuis sa première construction, en 604. Elle était d'abord en bois, puis incendiée, puis reconstruite en pierre (bah oui...), puis détruite par les vikings au IXème siècle, puis reconstruite, puis incendiée en 1087, puis reconstruite mais réincendiée en cours de construction en 1136, puis reconstruite pour être ensuite frappée par la foudre en 1447 et 1561, puis reconstruite, puis incendiée en 1666, puis reconstruite. Enfin bref, il ne fait pas bon rester autour de ce monument, à en lire ces lignes ! Pourtant, cette cathédrale est un symbole fort pour les londoniens, car, en 1940, alors que tout se faisait bombarder, détruire, explosait et brûlait etc, la Cathédrale n'aurait reçu qu'un projectile et serait restée d'un blanc quasi immaculé au milieu de ce chaos.

Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !

On a froid, on a mal aux pattes, on est fatigués : direction le pub. Café au lait et bière sont sur notre table pendant que les gens mangent des trucs qui ont l'air bien diététiques... mais typiques ! (pas de commentaires sur le bonnet rouge, stp... mais si ça te fait plaisir, considère que c'est en soutien aux bretons!)

Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !

Nous reprenons les vélos une dernière fois, avec le bagage cette fois (tout est possible!), direction le quartier de la National Portrait Gallery. Encore une fois, c'est ....... blindé !!!!!!! Entre les festivités de Noël, les manifestations des ukrainiens pour un motif, les manifestations de roumains pour un autre, les touristes, les promeneurs du dimanche.... ça grouille de partout ! Le paradis des pickpockets, sans doute...

Bon, la National Portrait Gallery, comme son nom l'indique, est une galerie réunissant des portraits, que ce soient des sculptures, des dessins, des peintures, des photos... Ce n'est pas la notoriété des auteurs de ces oeuvres qui compte, mais la personne qui est représentée sur ces oeuvres. Le bâtiment est énorme, vraiment massif, comme beaucoup d'anciens monuments de la ville, visiblement.

Nous prenons ensuite un train pour aller rendre une visite à la "campagne", ce qui nous permet d'avoir un bref aperçu de ce que peut être la "banlieue" londonienne. Pas de bol, on tombe sur LE train qui s'arrête à toutes les stations et qui met deux fois plus de temps que la normale ! Mais bon, au moins, on a le temps d'observer ! D'ailleurs, on remarque qu'à peine partis du centre, on se trouve assez vite dans de la campagne tranquille. Ca laisse supposer un cadre de vie agréable, pour des abords aussi proches d'une capitale !

De retour de notre visite, en reprenant LE train qu'il ne fallait pas, l'estomac commence à crier famine. Allez, dernier pub (le Shakespeare) pour une dernière soirée sur Londres, avant le prochain séjour sur place qu'on fera avec plaisir !

Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !
Londres, les détails : FIN !

Commenter cet article